Trouver une auto école

Auto école + votre ville
exemple : auto école Lyon

Trouver un stage de récupération

Stage permis + votre ville
exemple : stage permis Lyon

 

Alcool au volant et législation

L'alcool au volant, véritable fléau, coûte chaque année la vie à des milliers d'usagers de la route. Il est responsable de plus d'un tiers des accidents de la circulation. Pourtant, la plupart d'entre eux pourraient être évités.

depistage alcool au volant

La législation ne plaisante pas avec l'alcool au volant, et le moindre dépassement du taux maximum autorisé implique le retrait de 6 points sur le permis de conduire. Idem pour le refus de dépistage.

Les effets de l'alcool sur le conducteur

Un moindre mal finalement si l'on considère les drames que ce type de délit peut causer. En effet, l'alcool agit sur l'organisme sans qu'il soit nécessaire de boire beaucoup. Parmi les principales manifestations, on peut citer :

  • Une altération de la capacité à évaluer les distances,
  • Un ralentissement des réflexes,
  • Une plus grande sensibilité à la lumière,
  • Un rétrécissement du champ de vision,
  • Un sentiment d'invulnérabilité augmenté par l'effet euphorisant de l'alcool

Des effets dont personne n'est à l'abri, quels que soient sa constitution, son âge, son sexe.

Conduite et Alcool, bien connaître les limites

En France, le taux maximum autorisé est fixé à 0,5 g/L. Il s'agit du taux d'alcool en grammes par litre de sang, autrement dit mesurable lors d'une prise de sang.

Il ne faut pas le confondre avec le taux relevé par alcooltest qui lui s'exprime en mg/L, c'est-à-dire en milligrammes d'alcool par litre d'air expiré : un taux qui, lorsqu'il est multiplié par 2 donne le taux d'alcool dans le sang.

Pour exemple, si l'alcootest indique 0,6 mg/L cela signifie que l'individu présente un taux de 1,2 g/L (plus du double de ce qu'autorise la législation).

Pour éviter de mettre en danger la vie des autres (et la sienne), mieux vaut savoir consommer juste, le mieux étant de ne pas consommer du tout.

1 ballon de rouge = 1 demi de bière = 3 cl de whisky = 0,25 g/L

En doublant cette consommation, on devient un danger potentiel pour les autres usagers de la route.

Il faut savoir aussi que le taux monte plus vite qu'il ne baisse. En effet, après le dernier verre consommé, il faut attendre environ deux heures pour qu'il commence à régresser de 0,12g par heure. Ainsi, un test peut se révéler positif le lendemain d'une fête bien arrosée.

La meilleure solution serait bien entendu de ne pas boire d'alcool du tout avant de conduire. Et d'éviter plus que tout « le p'tit dernier, pour la route ! ».

A noter enfin qu'un stage de sensibilisation à la sécurité routière est obligatoire pour tout automobiliste présentant une alcoolémie supérieure à 0,8 g/L et qu'il devra en supporter le coût.